Articles dans la catégorie ’Trousse à outils



2
Fév

Puppet : utilisation des templates

Dans les précédents articles ( installation de puppet et configuration simple ), nous avons vu comment installer et utiliser puppet à l’aide de fichiers de configurations statiques, ne variant pas d’un hôte à l’autre.

Dans cet article nous allons voir comment utiliser les templates. Un template est un fichier de configuration qui sera envoyé à un client mais dont le contenu sera adapté à ce dernier. Puppet fait usage du moteur de template ERB développé pour ruby. Les variable utilisés par les templates peut être soit des « facts », soit des variables positionnées manuellement.

Utilisation des facts

Les facts sont des scripts ruby (placés sous /usr/lib/ruby/facter/) et exécutés sur la partie cliente de puppet. Ces scripts positionnent des variables en fonction le l’environnement d’exécution. La commande système facter | less permet de lister les variables affectées.

Dans le précedent article, nous avons utilisé dans le module ssh des lignes du type name => $operatingsystem afin de déterminer le système d’exploitation du client. La variable $operatingsystem est positionnée par le fact operatingsystem.rb.

Dans l’exemple que nous allons détailler, nous allons utiliser des variables assignées par les facts pour générer un fichier /etc/motd sur les postes clients.

Tout d’abord, créons les répertoires du module que nous allons appeler motd :

mkdir -p /etc/puppet/modules/motd/{files,templates,manifests}

Ensuite, créons le fichier /etc/puppet/modules/motd/manifests/init.pp :

class motd::config {
        file {"/etc/motd":
                        owner  => 'root',
                        group  => 'root',
                        mode   =>  0644,
                        content=> template("/etc/puppet/modules/motd/templates/motd.erb"),
        }
}

class motd {
        include motd::config
}

La classe motd est plutôt simple puisqu’elle ne s’occupe du fichier /etc/motd.
Contrairement à un fichier statique dont la source serait définie par une syntaxe du type source => « puppet:///modules/files/motd », ici la syntaxe pour l’utilisation d’un template comporte le chemin absolu vers celui-ci (content=> template(« /etc/puppet/modules/motd/templates/motd.erb »)).

Créons notre fichier /etc/puppet/modules/motd/templates/motd.erb :

Welcome to <%= @hostname %> running <%= @operatingsystem %> <%= @operatingsystemrelease %> ( <%= @kernelrelease %> )
 * Documentation:  https://help.ubuntu.com

Les variables à inclure sont définies entre les balises <%= et %>.
hostname, operatingsystem, operatingsystemrelease et kernelrelease sont des variables affectées par les facts.

Afin d’utiliser la classe motd, il suffit de l’affecter à notre machine poste-client en modifiant le fichier /etc/puppet/manifests/nodes.pp :

node 'poste-client.be-root.com' {
        include         ssh, motd
}

Lorsque le puppet-agent du poste client aura mis en place la nouvelle configuration, nous obtenons le fichier /etc/motd :

Welcome to poste-client running Ubuntu 11.10 ( 3.0.0-15-generic )
 * Documentation:  https://help.ubuntu.com

Il est possible de créer ses propres facts. Ceci est expliqué dans la documentation de puppet

Un peu plus loin avec les templates

Il est possible de définir hôte par hôte des variables à utiliser dans les templates.
Nous allons voir dans cet exemple comment adapter la configuration du serveur proftpd.

Tout d’abord, créons l’arborescence du module proftpd :

mkdir -p /etc/puppet/modules/proftpd/{files,templates,manifests}

Créons le fichier /etc/puppet/modules/proftpd/manifests/init.pp :

class proftpd::install {
        package { "proftpd-basic":
                 ensure => latest,
        }
}

class proftpd::config {
        file {"/etc/proftpd/proftpd.conf":
                        owner  => 'root',
                        group  => 'root',
                        mode   => 0644,
                        content=> template("/etc/puppet/modules/proftpd/templates/proftpd.conf.erb"),
                        require=> Class["proftpd::install"],
                        notify => Class["proftpd::service"],
        }
}

class proftpd::service {
        service { "proftpd":
                        ensure     => running,
                        hasstatus  => true,
                        hasrestart => true,
                        enable     => true,
                        require    => Class["proftpd::config"],
        }
}

class proftpd {
        include proftpd::install, proftpd::config, proftpd::service
}

Si vous avez bien assimilé l’exemple de la classe ssh ainsi que la classe motd, la compréhension de ce fichier ne doit poser aucun problème.

Créons maintenant le fichier /etc/puppet/modules/proftpd/templates/proftpd.conf.erb :

# PROFTPD
# DON'T MODIFY THIS FILE DIRECTLY - MANAGED BY PUPPET
UseIPv6                         off
IdentLookups                    off
ServerName                      <%= @hostname %>
ServerType                      standalone
DeferWelcome                    off
MultilineRFC2228                on
DefaultServer                   on
ShowSymlinks                    on
TimeoutNoTransfer               600
TimeoutStalled                  600
TimeoutIdle                     1200
ListOptions                     "-l"
DenyFilter                      \*.*/

<% if @proftpd_chroot == true %>
 DefaultRoot ~
<% end %>

Port                            <%= @proftpd_port %>

MaxInstances                    <%= @proftpd_maxinstances %>

# Set the user and group that the server normally runs at.
User                            proftpd
Group                           nogroup

Umask                           022  022
AllowOverwrite                  on

TransferLog /var/log/proftpd/xferlog
SystemLog   /var/log/proftpd/proftpd.log

Nous remarquons que seule la variable hostname est fournie par un fact. Il nous faudra donc positionner les autres.
Nous remarquons que nous pouvons également mettre des instructions ruby dans les balises <% et %> (ici une condition if). Pour plus d’informations, consultez cette page.

Nous allons donc positionner les variables et assigner la classe proftpd à poste-client dans le fichier /etc/puppet/manifests/nodes.pp :

node 'poste-client' {
        $proftpd_chroot         =  false
        $proftpd_port           =  21
        $proftpd_maxinstances   =  25
        include         ssh, motd, proftpd
}

Ceci permet, à l’aide d’une seule classe, de pouvoir gérer plusieurs configurations différentes. Par exemple, on peut imaginer avoir :

node 'poste-client' {
        $proftpd_chroot         =  false
        $proftpd_port           =  21
        $proftpd_maxinstances   =  25
        include         ssh, motd, proftpd
}

node 'serveur-ftp' {
        $proftpd_chroot         =  true
        $proftpd_port           =  21
        $proftpd_maxinstances   =  300
        include         ssh, proftpd
}

Nous voyons donc qu’il est possible, à l’aide des templates, de pouvoir gérer efficacement et simplement des configurations différentes pour un même service.

1
Fév

Puppet : une première configuration simple

Nous partirons dans la configuration présentée dans l’article précédent sur Puppet.

Pour rappel, Puppet est un logiciel permettant de gérer les configurations de serveurs/machines esclaves depuis un serveur maître appelé puppetmaster. Un agent, appelé puppet agent, est installé sur chaque machine esclave (appelée nœud). A intervalle régulier, l’agent se connecte au puppetmaster et vérifie la configuration actuelle du nœud par rapport à la configuration de référence définie sur le puppet master pour ce nœud. En fonction des différences de configurations constatées, l’agent modifie la configuration du nœud pour la rendre identique à celle définie sur le puppetmaster.

Dans notre exemple, nous avons un serveur puppetmaster fonctionnant sous Centos 6 et un nœud installé sous Ubuntu exécutant l’agent puppet.

La configuration globale de puppet est effectuée dans le répertoire /etc/puppet/ sur le puppetmaster.
La structure du répertoire /etc/puppet est la suivante :

.
|-- auth.conf
|-- fileserver.conf
|-- manifests
|   |-- nodes.pp
|   `-- site.pp
|-- modules
|-- puppet.conf

Configuration des autorisations

Le fichier auth.conf permet de paramétrer les autorisations d’accès entre les nœuds et le puppetmaster (par l’api REST). Son contenu, par défaut, est le suivant :

# Allow authenticated nodes to retrieve their own catalogs:

path ~ ^/catalog/([^/]+)$
method find
allow $1

# Allow authenticated nodes to access any file services --- in practice, this results in fileserver.conf being consulted:

path /file
allow *

# Allow authenticated nodes to access the certificate revocation list:

path /certificate_revocation_list/ca
method find
allow *

# Allow authenticated nodes to send reports:

path /report
method save
allow *

# Allow unauthenticated access to certificates:

path /certificate/ca
auth no
method find
allow *

path /certificate/
auth no
method find
allow *

# Allow unauthenticated nodes to submit certificate signing requests:

path /certificate_request
auth no
method find, save
allow *

# Deny all other requests:

path /
auth any

Bien évidemment, il est possible de remplacer allow * par allow 192.168.0.* ou allow *.be-root.com.

Le fichier fileserver.conf permet de gérer les autorisations d’accès au serveur de fichier de puppet.Dans notre exemple, nous n’utiliserons le transfert de fichiers qu’a travers les modules. Le contenu de ce fichier est alors le suivant :

[modules]
        allow 192.168.0.*

Enfin, le fichier de configuration globale puppet.conf a été crée dans le précédent article.

Définition du site et des noeuds

Par défaut, puppet va lire la configuration globale dans le fichier de site /etc/puppet/manifests/site.pp.
Dans ce fichier, nous allons y mettre :

import "nodes.pp"
$puppetserver="puppet.be-root.com"

# Configuration du Filebucket
filebucket { "main":
  server => puppet,
  path   => false,
}

File { backup => main }

La première ligne permet d’importer le fichier nodes.pp qui contiendra la définition des configurations de tous les nœuds. Nous pourrions très bien, en fonction des besoins organisationnels, rajouter d’autres clauses import et ainsi séparer la configuration des hôtes dans plusieurs fichiers.

La seconde ligne contient le fqdn du serveur puppet. La fin du fichier permet de configurer le filebucket. Le filebucket est un service permettant d’avoir une copie de sauvegarde des fichiers modifiés ou remplacés sur les nœuds.

Dans notre exemple, nous voulons installer le service openssh sur le nœud poste-client.

Nous allons donc définir le noeud poste-client et lui affecter le module ssh que nous définirons plus tard.
Voici donc le contenu du fichier /etc/puppet/manifest/nodes.pp :

node 'poste-client.be-root.com' {
       include ssh
}

Rappel : Pour connaitre le nom du poste tel qu’il est identifié par le puppetmaster, on peut utiliser la commande :

puppetca list --all

Il nous est bien sûr possible de créer par la suite d’autres modules permettant d’autres actions de configuration et le rajouter les clauses include correspondantes dans la définition de l’hôte.

Dans cette configuration, nous allons assigner les modules hôte par hôte. Nous pouvions, si nous avions voulu une configuration globale pour l’ensemble des hôtes, utiliser le nœud spécial default

node default {
       include ssh
}

De même, nous pouvons inclure une notion d’héritage entre les nœuds. Imaginons 2 serveurs web web1.be-root.com, web2.be-root.com et un serveur de mails mail.be-root.com. Sur l’ensemble des 3 serveurs, nous voulons installer ssh et sudo. Sur les serveurs web, nous installerons apache en plus. Sur le serveur de mails, ce sera postfix. La définition des nœuds pourrait alors être :

node base {
  include ssh, sudo
}
node /^web\d+\.be-root\.com$/ inherits base {
  include httpd
}
node 'mail.be-root.com' inherits base {
  include postfix
}

Remarque : plutôt que de définir le nœud correspondant aux serveurs web à l’aide d’une expression régulière, nous aurions pu la définir comme ceci :

node ‘web1.be-root.com’, ‘web2.be-root.com’ inherits base {

Mais revenons à notre cas d’école, dans lequel nous affectons le module ssh

Création du module ssh

Un module est un regroupement de classes, de fichiers et de templates qui servent à configurer un ou plusieurs service sur les nœuds. Les modules sont stockés sous /etc/puppet/modules/nom_du_module.
Dans notre exemple, nous allons créer le module ssh, qui permettra d’installer et de configurer le service openssh.
Nous allons donc créer la structure du répertoire permettant d’accueillir le module :

mkdir -p /etc/puppet/modules/ssh/{files,templates,manifests}

Le répertoire manifests contiendra le fichier init.pp qui est lu en premier lors de l’appel à un module.
Le répertoire files contiendra le fichier un fichier sshd_config à déployer sur les hôtes.
Nous n’utiliserons pas de templates dans cet exemple mais, par convention, nous créons l’ensemble des trois répertoires. Un template est un modèle de fichier de configuration dont le contenu est « dynamique ». Lors du déploiement, il est adapté et modifié en fonction de chaque hôte.

Nous allons donc créer un fichier /etc/puppet/modules/ssh/files/sshd_config :

# Fichier installé par Puppet
Port 22
Protocol 2
HostKey /etc/ssh/ssh_host_rsa_key
HostKey /etc/ssh/ssh_host_dsa_key
HostKey /etc/ssh/ssh_host_ecdsa_key
UsePrivilegeSeparation yes
KeyRegenerationInterval 3600
ServerKeyBits 768
SyslogFacility AUTH
LogLevel INFO
LoginGraceTime 120
PermitRootLogin yes
StrictModes yes
RSAAuthentication yes
PubkeyAuthentication yes
IgnoreRhosts yes
RhostsRSAAuthentication no
HostbasedAuthentication no
PermitEmptyPasswords no
ChallengeResponseAuthentication no
RSAAuthentication yes
PubkeyAuthentication yes
IgnoreRhosts yes
RhostsRSAAuthentication no
HostbasedAuthentication no
PermitEmptyPasswords no
ChallengeResponseAuthentication no
X11Forwarding yes
X11DisplayOffset 10
PrintMotd no
PrintLastLog yes
TCPKeepAlive yes
AcceptEnv LANG LC_*
Subsystem sftp /usr/lib/openssh/sftp-server
UsePAM yes

Nous allons ensuite créer le fichier /etc/puppet/modules/ssh/manifests/init.pp :

class ssh::install {
        package { "openssh":
                name => $operatingsystem ? {
                        /(Red Hat|CentOS|Fedora)/ => "openssh",
                        Ubuntu => "openssh-server",
                        default=> "openssh"
                 },
                 ensure => latest,
        }
}

class ssh::config {
        file {"/etc/ssh/sshd_config":
                        ensure => present,
                        owner  => 'root',
                        group  => 'root',
                        mode   => 0600,
                        source => "puppet:///modules/ssh/sshd_config",
                        require=> Class["ssh::install"],
                        notify => Class["ssh::service"],
        }
}

class ssh::service {
        service { "sshd":
                        name => $operatingsystem ? {
                           /(Red Hat|CentOS|Fedora)/ => "sshd",
                           Ubuntu => "ssh",
                           default=> "sshd"
                        },
                        ensure     => running,
                        hasstatus  => true,
                        hasrestart => true,
                        enable     => true,
                        require    => Class["ssh::config"],
        }
}

class ssh {
        include ssh::install, ssh::config, ssh::service
}

Dans ce fichier, nous définissons trois classes ssh::install, ssh::config et ssh:service permettant respectivement d’installer les paquets, de déployer le fichier de configuration sshd_config défini précédemment et de lancer le service.
Enfin, nous définissons la classe principale ssh, qui inclus les trois précédentes.

La classe ssh::install :
Dans cette classe, nous définissons le nom du paquet à installer et nous nous assurons d’avoir la dernière version installée.
Du fait des informations fournies par facter, puppet sait quel gestionnaire de paquets utiliser en fonction de la plateforme (apt, yum, portage, …). La liste des providers supportés se trouve ici.

Dans l’exemple, nous faisons une différenciation du nom du paquet à installer en fonction de la plateforme. Si le paquet à le même nom sur l’ensemble des plateformes gérées, nous pourrions avoir simplement :

class ssh::install {
  package { "openssh":
   ensure => latest,
  }
}

Le mot clé latest permet de s’assurer que la dernière version disponible du paquet est installée. Les autres mots clés possibles sont : present, absent, purged, held, latest.

La classe ssh::config :

Cette classe permet de déployer le fichier de configuration sshd_config placé sous le répertoire files. La clause ensure => present permet de s’assurer de la présence du bon fichier.
La cohérence du fichier sur le client est contrôlée par sa signature md5. Si cette signature diffère de celle du fichier présent sur le serveur, le fichier est à nouveau déployé.
Les autres mots clé possibles pour la clause ensure sont absent,present,file,directory,link

Si la clause ensure => absent est utilisée, alors le fichier et supprimé (s’il s’agit d’un répertoire à supprimer, rajouter recurse => true).

La clause ensure permet également de créer un lien symbolique. Par exemple :

file { "/etc/named.conf":
 ensure => link,
 target => "/var/named/chroot/etc/named.conf",
}

A noter que la source, définie par puppet:///modules/ssh/sshd_config correspond sur le disque au fichier /etc/puppet/modules/ssh/files/sshd_config. Les autorisations d’accès sont définies dans le fichier /etc/puppet/fileserver.conf

La classe ssh::service :

Cette classe permet de s’assurer que le service ssh est lancé du fait de la clause ensure => running. Les valeurs possibles sont : stopped ou running.
Comme précédemment, le nom du service (qui correspond au nom du script de démarrage /etc/init.d/……) est défini en fonction de la plateforme.

La clause hasrestart permet de définir si le script de démarrage (/etc/init.d/……) accepte l’argument restart. Les valeurs possibles sont true (par défaut) ou false. Si la valeur choisie est false, alors les commandes stop puis start seront utilisées à la place de la commande restart.

La clause hasstatus permet de définir si le script de démarrage (/etc/init.d/……) accepte l’argument status. Les valeurs possibles sont true (par défaut depuis v2.7.0) ou false. Si le script ne permet pas la commande status, alors une clause status fournissant le nom d’une commande à utiliser pour obtenir l’état du service. Cette commande doit avoir un code de retour à 0 si le service fonctionne.

La clause enable => true permet de définir si le service doit être activé au boot. Les valeurs possibles sont true, false, manual.

L’ensemble des valeurs possibles pour les différentes options se trouve dans la documentation officielle.

Vérification côté client :

Sur la machine poste-client, supprimons le paquet openssh-server si celui-ci était déjà installé.

sudo apt-get remove openssh-server
sudo rm /etc/ssh/sshd_config

L’agent puppet fonctionnant, au bout d’un certain temps, nous voyons dans le fichier /var/log/syslog.conf des lignes du style :

 puppet-agent[11803]: (/Stage[main]/Ssh::Config/File[/etc/ssh/sshd_config]/content) content changed '{md5}8caefdd9e251b7cc1baa37874149a870' to '{md5}e6926fcb58f2cb12a3cdcbd28c3b96c8'
 puppet-agent[11803]: (/Stage[main]/Ssh::Config/File[/etc/ssh/sshd_config]/mode) mode changed '644' to '600'
 puppet-agent[11803]: (/Stage[main]/Ssh::Service/Service[sshd]/enable) enable changed 'false' to 'true'
 puppet-agent[11803]: (/Stage[main]/Ssh::Service/Service[sshd]) Triggered 'refresh' from 1 events
 puppet-agent[11803]: Finished catalog run in 6.26 seconds

Le service ssh est installé, lancé et le fichier sshd_config correspond à celui centralisé sur le serveur puppetmaster.

On remarque que la conformité du fichier est evaluée en fonction de sa signature md5 :

content changed ‘{md5}8caefdd9e251b7cc1baa37874149a870’ to ‘{md5}e6926fcb58f2cb12a3cdcbd28c3b96c8’

Modifions le fichier sshd_config manuellement sur la machine poste-client.
En regardant de nouveau le fichier /var/log/syslog, nous apercevons :

puppet-agent[11803]: (/Stage[main]/Ssh::Config/File[/etc/ssh/sshd_config]/content) content changed '{md5}03b526a2efe419608151356c0ce4185d' to '{md5}e6926fcb58f2cb12a3cdcbd28c3b96c8'
puppet-agent[11803]: (/Stage[main]/Ssh::Service/Service[sshd]) Triggered 'refresh' from 1 events
puppet-agent[11803]: Finished catalog run in 0.92 seconds

Nous nous rendons compte que, puppet ayant remarqué le changement sur le fichier, il va recharger la configuration stockée sur le puppetmaster et cela nous permet donc d’avoir une configuration cohérente.

Cependant, comme indiqué au début de l’article, avant de remplacer le fichier, puppet va effectuer une sauvegarde grace au service filebucket.

Si nous désirons restaurer le fichier que nous avions modifié manuellement, il suffit, sur le poste client, d’éxecuter la commande filebucket en indiquant en argument, la signature md5 du fichier à restaurer et son emplacement :

filebucket restore /etc/ssh/sshd_config 03b526a2efe419608151356c0ce4185d

Bien évidemment, il faut stopper le service puppet sur le poste client sinon, à la prochaine vérification, le fichier sera à nouveau remplacé.

Dans un prochain article, nous détaillerons l’utilisation des templates.

Pour aller plus loin dans l’exploration de puppet, je vous conseille de jeter un oeil au puppet cookbook

31
Jan

Installation de puppet sur Centos 6

Puppet est un logiciel libre permettant la gestion de la configuration de serveurs/machines esclaves depuis un serveur maître appelé puppetmaster.

Dans cet article, nous allons voir comment installer le puppetmaster (v2.6) sur une machine fonctionnant sous centos 6. Nous ne verrons pas comment gérer les configurations des machines esclaves depuis le puppetmaster. Ceci fera parti d’un article ultérieur.

Afin de tester notre configuration, nous installerons également puppet sur une machine cliente tournant sous ubuntu 11.10.

Pour démarrer sur de bonnes bases, il convient de déclarer le FQDN de votre serveur puppetmaster dans le DNS. En effet, Puppet se base énormément sur le DNS et il convient donc d’y déclarer le puppetmaster ainsi que les machines esclaves. De même, il peut être interessant de déclarer un CNAME nommé puppet pointant vers votre serveur puppetmaster. En effet, lorsque aucun serveur n’est spécifié,
puppet cherchera par défaut un hôte nommé « puppet ». Sur notre serveur (installation centos 6 minimale, selinux désactivé), si nous décidons d’utiliser iptables comme pare-feu, il faut penser à ajouter une règle autorisant l’accès au port 8140/tcp.

Installation du serveur puppet :

Tout d’abord, nous allons installer le dépôt EPEL :

rpm -Uvh http://download.fedoraproject.org/pub/epel/6/i386/epel-release-6-5.noarch.rpm
yum update

Nous installons ensuite Ruby :

yum install ruby ruby-libs ruby-shadow rubygems ruby-devel

Nous pouvons ainsi installer puppet et facter depuis les gems.
Facter est un programme permettant de rassembler les informations des environnements clients afin de personnaliser les configurations qui y seront appliquées.

gem install puppet facter

Nous allons ensuite mettre en place une configuration minimale ainsi qu’un utilisateur puppet :

mkdir -p /etc/puppet && cd /etc/puppet
puppetmasterd --genconfig > puppet.conf
mkdir manifests
touch manifests/site.pp
groupadd puppet
useradd -g puppet -G puppet puppet
passwd -l puppet
mkdir -p /var/run/puppet
chown puppet:puppet /var/run/puppet/

Dans le fichier /etc/puppet/puppet.conf, modifions la ligne certname pour y mettre le fqdn du serveur puppet :

certname = puppet.be-root.com

Créons le fichier /etc/init.d/puppetmaster :

#!/bin/bash

PATH=/usr/bin:/sbin:/bin:/usr/sbin
export PATH

# Source function library.
. /etc/rc.d/init.d/functions

RETVAL=0

prog=puppetmasterd
PUPPETMASTER=/usr/bin/$prog

start() {
    echo -n $"Starting puppetmaster: "
    daemon $PUPPETMASTER
    RETVAL=$?
    echo
    return $RETVAL
}

stop() {
    echo -n  $"Stopping puppetmaster: "
	killall puppetmasterd
    RETVAL=$?
    echo
    return $RETVAL
}

restart() {
  stop
  start
}

case "$1" in
  start)
        start
    ;;
    stop)
        stop
    ;;
    restart)
        restart
    ;;
    condrestart)
        rh_status_q || exit 0
        restart
    ;;
    *)
        echo $"Usage: $0 {start|stop|restart}"
        exit 1
esac

exit $RETVAL

Puis positionnons les droits d’exécution dessus :

chmod +x /etc/init.d/puppetmaster

Nous pouvons le démarrer à présent à l’aide de la commande :

service puppetmaster start

Installation d’un client sur ubuntu 11.10

L’installation se fait de manière classique à l’aide d’apt-get :

apt-get install puppet facter

NB: En fonction du système, il peut être plus intéressant de passer par les gem afin d’avoir une version plus récente de Puppet. Il faut se rappeler également que la version du serveur doit toujours
être supérieure ou égale à celle du client. Un client en v2.6.x peut se connecter sur un serveur en version 2.7.x mais l’inverse ne fonctionne pas.

Par défaut avec le paquet debian de puppet, le service est lancé sitôt l’installation terminée. Arrêtons le avec la commande :

/etc/init.d/puppet stop

Créons le fichier /etc/puppet/puppet.conf :

[main]
server =        puppet.be-root.com
report =        true
rundir =        /var/run/puppet/
runinterval =   50

[agent]
listen=true

Bien évidemment, modifiez le champ server pour y mettre le fqdn du serveur puppet.
Le paramêtre runinterval permet de définir l’intervalle de temps (en secondes) entre
deux connexions du client vers le serveur.

Lançons la commande :

 puppetd --server puppet --waitforcert 60 --test

Nous devons obtenir la réponse suivante répétée plusieurs fois:

warning: peer certificate won't be verified in this SSL session

Sur le serveur, lançons la commande :

puppetca list

Elle doit nous retourner une ligne du style :

  poste-client (5D:F9:DD:90:8D:89:03:88:45:37:00:87:12:B3:A3:0E)

Nous devons donc valider le client à l’aide de la commande suivante (sur le serveur) :

puppetca sign poste-client

ou, pour valider l’ensemble des clients :

puppetca sign --all

Coté client, si nous relançons la commande :

 puppetd --server puppet --waitforcert 60 --test

La réponse doit maintenant être :

warning: peer certificate won't be verified in this SSL session
info: Caching certificate for poste-client
notice: Ignoring --listen on onetime run
info: Caching certificate_revocation_list for ca
info: Caching catalog for poste-client
info: Applying configuration version '1328021042'
info: Creating state file /var/lib/puppet/state/state.yaml
notice: Finished catalog run in 0.02 seconds

Le serveur puppet est donc pleinement fonctionnel et prêt à accepter d’autres clients et à gérer des configurations.

Utilisation d’Apache+Passenger :

Par défaut, puppet utilise le serveur HTTP WebRick. En environnement de production, il est préférable d’installer un autre serveur web (apache, nginx) plus robuste.
Nous allons détailler ici l’installation d’un serveur apache et du module Passenger.
Pour schématiser, Passenger est à ruby ce que mod_perl est à perl.

Sur le serveur, nous allons donc installer apache et les outils de développement :

yum install httpd httpd-devel httpd-tools libcurl-devel  apr-devel apr-util-devel ruby-devel mod_ssl

Sur le wiki de puppet, nous obtenons les numeros de versions conseillés pour rack et passenger.

Nous les installons donc :

gem install rack -v 1.2.2
gem install passenger -v 3.0.7
passenger-install-apache2-module

Nous créons ensuite le fichier /etc/httpd/conf.d/passenger.conf :

LoadModule passenger_module /usr/lib/ruby/gems/1.8/gems/passenger-3.0.7/ext/apache2/mod_passenger.so
PassengerRoot /usr/lib/ruby/gems/1.8/gems/passenger-3.0.7
PassengerRuby /usr/bin/ruby

PassengerHighPerformance on
PassengerUseGlobalQueue  on
# PassengerMaxPoolSize = nombre de cores * 1.5
PassengerMaxPoolSize   4
PassengerMaxrequests   5000
PassengerPoolIdleTime  600

Ainsi que le fichier /etc/httpd/conf.d/puppetmaster.conf :

Listen 8140
<VirtualHost *:8140>
        SSLEngine       on
        SSLProtocol     -ALL +SSLv3 +TLSv1
        SSLCipherSuite   ALL:!ADH:RC4+RSA:+HIGH:+MEDIUM:-LOW:-SSLv2:-EXP

        SSLCertificateFile      /etc/puppet/ssl/certs/puppet.be-root.com.pem
        SSLCertificateKeyFile   /etc/puppet/ssl/private_keys/puppet.be-root.com.pem
        SSLCertificateChainFile /etc/puppet/ssl/certs/ca.pem
        SSLCACertificateFile    /etc/puppet/ssl/ca/ca_crt.pem

        SSLCARevocationFile     /etc/puppet/ssl/ca/ca_crl.pem
        SSLVerifyClient         optional
        SSLVerifyDepth          1
        SSLOptions              +StdEnvVars

        RequestHeader   set     X-SSL-Subject   %{SSL_CLIENT_S_DN}e
        RequestHeader   set     X-Client-DN     %{SSL_CLIENT_S_DN}e
        RequestHeader   set     X-Client-Verify %{SSL_CLIENT_VERIFY}e

        RackAutoDetect  on
        DocumentRoot    /etc/puppet/rack/puppetmaster/public/
        <Directory      /etc/puppet/rack/puppetmaster/>
                Options         None
                AllowOverride   None
                Order           Allow,Deny
                Allow   from    All
        </Directory>
</VirtualHost>

Comme précédemment, il faut remplace puppet.be-root.com.pem par le_fqdn_du_serveur.pem.
Ce vhost ce base sur les certificats générés pour le serveur lors de la première exécution de /etc/init.d/puppetmaster.

Finissons la configuration :

mkdir -p /etc/puppet/rack/puppetmaster/
ln -s /usr/lib/ruby/gems/1.8/gems/puppet-2.7.10/ext/rack/files/config.ru /etc/puppet/rack/puppetmaster/config.ru
mkdir -p /etc/puppet/rack/puppetmaster/{public,tmp}
chown -R puppet:puppet /etc/puppet/rack/puppetmaster

Pour pouvoir lancer apache (qui va donc écouter sur le port 8140/tcp), nous devons arrêter le service puppetmaster qui écoute sur le même port.

service puppetmaster stop
service httpd start

Côté client, si on lance la commande :

puppetd --server puppet --waitforcert 60 --test

Nous obtenons la réponse :

notice: Ignoring --listen on onetime run
info: Caching catalog for poste-client
info: Applying configuration version '1328023381'
notice: Finished catalog run in 0.02 seconds

Ce qui signifie que le client arrive à communiquer avec le serveur puppet fonctionnant avec apache+passenger.

Nous pouvons donc executer puppet en tant que service sur le client. Pour cela, il faut créer un fichier /etc/puppet/namespaceauth.conf vide sinon le service refuse de démarrer sur ubuntu.
Nous pouvons également changer le paramètre runinterval pour y mettre un delai plus important.
Ensuite, nous pouvons lancer la commande :

service puppet start

Dans le fichier /var/log/syslog, nous voyons que le client se connecte à intervales régulier au serveur :

puppet-agent[11803]: Finished catalog run in 0.03 seconds
Le thème Celadon pour WordPress a été créé par Themes Boutique