31
Jan
2

Installation de puppet sur Centos 6

Puppet est un logiciel libre permettant la gestion de la configuration de serveurs/machines esclaves depuis un serveur maître appelé puppetmaster.

Dans cet article, nous allons voir comment installer le puppetmaster (v2.6) sur une machine fonctionnant sous centos 6. Nous ne verrons pas comment gérer les configurations des machines esclaves depuis le puppetmaster. Ceci fera parti d’un article ultérieur.

Afin de tester notre configuration, nous installerons également puppet sur une machine cliente tournant sous ubuntu 11.10.

Pour démarrer sur de bonnes bases, il convient de déclarer le FQDN de votre serveur puppetmaster dans le DNS. En effet, Puppet se base énormément sur le DNS et il convient donc d’y déclarer le puppetmaster ainsi que les machines esclaves. De même, il peut être interessant de déclarer un CNAME nommé puppet pointant vers votre serveur puppetmaster. En effet, lorsque aucun serveur n’est spécifié,
puppet cherchera par défaut un hôte nommé « puppet ». Sur notre serveur (installation centos 6 minimale, selinux désactivé), si nous décidons d’utiliser iptables comme pare-feu, il faut penser à ajouter une règle autorisant l’accès au port 8140/tcp.

Installation du serveur puppet :

Tout d’abord, nous allons installer le dépôt EPEL :

rpm -Uvh http://download.fedoraproject.org/pub/epel/6/i386/epel-release-6-5.noarch.rpm
yum update

Nous installons ensuite Ruby :

yum install ruby ruby-libs ruby-shadow rubygems ruby-devel

Nous pouvons ainsi installer puppet et facter depuis les gems.
Facter est un programme permettant de rassembler les informations des environnements clients afin de personnaliser les configurations qui y seront appliquées.

gem install puppet facter

Nous allons ensuite mettre en place une configuration minimale ainsi qu’un utilisateur puppet :

mkdir -p /etc/puppet && cd /etc/puppet
puppetmasterd --genconfig > puppet.conf
mkdir manifests
touch manifests/site.pp
groupadd puppet
useradd -g puppet -G puppet puppet
passwd -l puppet
mkdir -p /var/run/puppet
chown puppet:puppet /var/run/puppet/

Dans le fichier /etc/puppet/puppet.conf, modifions la ligne certname pour y mettre le fqdn du serveur puppet :

certname = puppet.be-root.com

Créons le fichier /etc/init.d/puppetmaster :

#!/bin/bash

PATH=/usr/bin:/sbin:/bin:/usr/sbin
export PATH

# Source function library.
. /etc/rc.d/init.d/functions

RETVAL=0

prog=puppetmasterd
PUPPETMASTER=/usr/bin/$prog

start() {
    echo -n $"Starting puppetmaster: "
    daemon $PUPPETMASTER
    RETVAL=$?
    echo
    return $RETVAL
}

stop() {
    echo -n  $"Stopping puppetmaster: "
	killall puppetmasterd
    RETVAL=$?
    echo
    return $RETVAL
}

restart() {
  stop
  start
}

case "$1" in
  start)
        start
    ;;
    stop)
        stop
    ;;
    restart)
        restart
    ;;
    condrestart)
        rh_status_q || exit 0
        restart
    ;;
    *)
        echo $"Usage: $0 {start|stop|restart}"
        exit 1
esac

exit $RETVAL

Puis positionnons les droits d’exécution dessus :

chmod +x /etc/init.d/puppetmaster

Nous pouvons le démarrer à présent à l’aide de la commande :

service puppetmaster start

Installation d’un client sur ubuntu 11.10

L’installation se fait de manière classique à l’aide d’apt-get :

apt-get install puppet facter

NB: En fonction du système, il peut être plus intéressant de passer par les gem afin d’avoir une version plus récente de Puppet. Il faut se rappeler également que la version du serveur doit toujours
être supérieure ou égale à celle du client. Un client en v2.6.x peut se connecter sur un serveur en version 2.7.x mais l’inverse ne fonctionne pas.

Par défaut avec le paquet debian de puppet, le service est lancé sitôt l’installation terminée. Arrêtons le avec la commande :

/etc/init.d/puppet stop

Créons le fichier /etc/puppet/puppet.conf :

[main]
server =        puppet.be-root.com
report =        true
rundir =        /var/run/puppet/
runinterval =   50

[agent]
listen=true

Bien évidemment, modifiez le champ server pour y mettre le fqdn du serveur puppet.
Le paramêtre runinterval permet de définir l’intervalle de temps (en secondes) entre
deux connexions du client vers le serveur.

Lançons la commande :

 puppetd --server puppet --waitforcert 60 --test

Nous devons obtenir la réponse suivante répétée plusieurs fois:

warning: peer certificate won't be verified in this SSL session

Sur le serveur, lançons la commande :

puppetca list

Elle doit nous retourner une ligne du style :

  poste-client (5D:F9:DD:90:8D:89:03:88:45:37:00:87:12:B3:A3:0E)

Nous devons donc valider le client à l’aide de la commande suivante (sur le serveur) :

puppetca sign poste-client

ou, pour valider l’ensemble des clients :

puppetca sign --all

Coté client, si nous relançons la commande :

 puppetd --server puppet --waitforcert 60 --test

La réponse doit maintenant être :

warning: peer certificate won't be verified in this SSL session
info: Caching certificate for poste-client
notice: Ignoring --listen on onetime run
info: Caching certificate_revocation_list for ca
info: Caching catalog for poste-client
info: Applying configuration version '1328021042'
info: Creating state file /var/lib/puppet/state/state.yaml
notice: Finished catalog run in 0.02 seconds

Le serveur puppet est donc pleinement fonctionnel et prêt à accepter d’autres clients et à gérer des configurations.

Utilisation d’Apache+Passenger :

Par défaut, puppet utilise le serveur HTTP WebRick. En environnement de production, il est préférable d’installer un autre serveur web (apache, nginx) plus robuste.
Nous allons détailler ici l’installation d’un serveur apache et du module Passenger.
Pour schématiser, Passenger est à ruby ce que mod_perl est à perl.

Sur le serveur, nous allons donc installer apache et les outils de développement :

yum install httpd httpd-devel httpd-tools libcurl-devel  apr-devel apr-util-devel ruby-devel mod_ssl

Sur le wiki de puppet, nous obtenons les numeros de versions conseillés pour rack et passenger.

Nous les installons donc :

gem install rack -v 1.2.2
gem install passenger -v 3.0.7
passenger-install-apache2-module

Nous créons ensuite le fichier /etc/httpd/conf.d/passenger.conf :

LoadModule passenger_module /usr/lib/ruby/gems/1.8/gems/passenger-3.0.7/ext/apache2/mod_passenger.so
PassengerRoot /usr/lib/ruby/gems/1.8/gems/passenger-3.0.7
PassengerRuby /usr/bin/ruby

PassengerHighPerformance on
PassengerUseGlobalQueue  on
# PassengerMaxPoolSize = nombre de cores * 1.5
PassengerMaxPoolSize   4
PassengerMaxrequests   5000
PassengerPoolIdleTime  600

Ainsi que le fichier /etc/httpd/conf.d/puppetmaster.conf :

Listen 8140
<VirtualHost *:8140>
        SSLEngine       on
        SSLProtocol     -ALL +SSLv3 +TLSv1
        SSLCipherSuite   ALL:!ADH:RC4+RSA:+HIGH:+MEDIUM:-LOW:-SSLv2:-EXP

        SSLCertificateFile      /etc/puppet/ssl/certs/puppet.be-root.com.pem
        SSLCertificateKeyFile   /etc/puppet/ssl/private_keys/puppet.be-root.com.pem
        SSLCertificateChainFile /etc/puppet/ssl/certs/ca.pem
        SSLCACertificateFile    /etc/puppet/ssl/ca/ca_crt.pem

        SSLCARevocationFile     /etc/puppet/ssl/ca/ca_crl.pem
        SSLVerifyClient         optional
        SSLVerifyDepth          1
        SSLOptions              +StdEnvVars

        RequestHeader   set     X-SSL-Subject   %{SSL_CLIENT_S_DN}e
        RequestHeader   set     X-Client-DN     %{SSL_CLIENT_S_DN}e
        RequestHeader   set     X-Client-Verify %{SSL_CLIENT_VERIFY}e

        RackAutoDetect  on
        DocumentRoot    /etc/puppet/rack/puppetmaster/public/
        <Directory      /etc/puppet/rack/puppetmaster/>
                Options         None
                AllowOverride   None
                Order           Allow,Deny
                Allow   from    All
        </Directory>
</VirtualHost>

Comme précédemment, il faut remplace puppet.be-root.com.pem par le_fqdn_du_serveur.pem.
Ce vhost ce base sur les certificats générés pour le serveur lors de la première exécution de /etc/init.d/puppetmaster.

Finissons la configuration :

mkdir -p /etc/puppet/rack/puppetmaster/
ln -s /usr/lib/ruby/gems/1.8/gems/puppet-2.7.10/ext/rack/files/config.ru /etc/puppet/rack/puppetmaster/config.ru
mkdir -p /etc/puppet/rack/puppetmaster/{public,tmp}
chown -R puppet:puppet /etc/puppet/rack/puppetmaster

Pour pouvoir lancer apache (qui va donc écouter sur le port 8140/tcp), nous devons arrêter le service puppetmaster qui écoute sur le même port.

service puppetmaster stop
service httpd start

Côté client, si on lance la commande :

puppetd --server puppet --waitforcert 60 --test

Nous obtenons la réponse :

notice: Ignoring --listen on onetime run
info: Caching catalog for poste-client
info: Applying configuration version '1328023381'
notice: Finished catalog run in 0.02 seconds

Ce qui signifie que le client arrive à communiquer avec le serveur puppet fonctionnant avec apache+passenger.

Nous pouvons donc executer puppet en tant que service sur le client. Pour cela, il faut créer un fichier /etc/puppet/namespaceauth.conf vide sinon le service refuse de démarrer sur ubuntu.
Nous pouvons également changer le paramètre runinterval pour y mettre un delai plus important.
Ensuite, nous pouvons lancer la commande :

service puppet start

Dans le fichier /var/log/syslog, nous voyons que le client se connecte à intervales régulier au serveur :

puppet-agent[11803]: Finished catalog run in 0.03 seconds
2 commentaires :
  1. […] partirons dans la configuration présentée dans l’article précédent sur […]

  2. […] les précédents articles ( installation de puppet et configuration simple ), nous avons vu comment installer et utiliser puppet à l’aide de […]




Le thème Celadon pour WordPress a été créé par Themes Boutique